Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Oeuvres de Daniel Glattauer

                                                           Quand souffle le vent du Nord   (2006)

 

Quel titre ! on imagine beaucoup d'hypothèses mais on ne s'attend surement pas à ça :

                                                                     Un roman épistolaire moderne !!!

                                                                        Plus de lettres, des mails !

 

Une erreur de destinataire et voilà une histoire qui commence : curiosité, puis nécessité ; de la simple relation, à l'amitié et jusqu'à l'amour .

Une lecture bien agréable !

 

On lit, nous aussi cette correspondance badine entre Leo et Emmi.

Une conversation  qui passe de l'humour au sérieux, et qui transporte de véritables émotions et sentiments.

On lit cette correspondance au-dessus de l'épaule d'Emmi, qui n'hésite pas à utiliser toutes les formes de l'humour : notamment le caustique.
En découvrant cet échange du point de vue d'Emmi, puisqu'on attend avec elle les réponses de Leo, on éprouve l'éventail des émotions que dévoilent les 2 personnages.

Emotions d'ailleurs manifestées par le temps, le temps de réponse : soit trés rapide (on assiste là à des brides de conversation ) soit au contraire trés long, " là j'éteins mon ordi" voire volontairement absent.

Une nouvelle manière d'écrire et de transcrire les émotions : le temps de la conversation virtuelle.

 

  C'est aussi une réflexion sur une conversation entre 2 mondes :

le monde virtuel, ce monde doux dont peu à peu les 2 personnages vont être dépendants,

le réel   : la famille d'Emmi avec la figure de son mari, et la vie de Léo, qui interviendront forcément.

" nous vivons hors du temps "

Interférence de ces mondes même si les deux êtres veulent d'office, selon un pacte, refouler le monde réel, puisqu'ils ne veulent rien savoir de l'autre, et ne sont pas même appelés à se voir... enfin cela au début ...

Mais, et ce roman le montre : les limites du monde virtuel qu'est cette forme d'échange (mail/ MSN/ et autres...) vont être atteintes.

 

  C'est aussi une réflexion sur le nouveau langage créé par ce type d'écriture. Notamment au début du roman, lorsque les personnages se découvrent et tentent de s'imaginer en fonction de leur façon d'écrire, de leurs expressions, de l'emploi d'un code langage en fonction de l'âge. Ils proposent d'ailleurs eux même la création d'"une étude sur l'influence des mails sur notre attitude langagière".  Le roman joue de cette écriture en en utilisant toutes les formes : les smileys, et même les messages stéréotypés :" Attention adresse mail modifiée. Le destinataire ne peut plus regarder cette boîte. Les nouveaux messages seront automatiquement effacés. Le manager du système est à votre disposition pour plus d'informations".

C'est face à ce message qu'Emmi va se déséspérer de l'absence de Leo, de sa fuite (dans le monde réel).  Et c'est sur une chute inattendue que se termine le premier tome.

 

                                                                    La septième vague      (2010)

 

On retrouve nos deux personnages et la suite de leur aventure sentimentale. D'ailleurs il reprend sur le même message.

19 chapitres qui mélangent encore  roman d'amour , sentimental et  roman à la verve langagière nouvelle. 

 

L'aspect nouveau, c'est qu'ils font remettre en question leur pacte du premier roman ( de la rencontre ?) : pas de rencontre, pas d'avenir.

Leur trêve et leur vie réelle, chacun de leur côté leur a permis de réfléchir et ils vont question par question se dévoiler, s'expliquer.

Même si cette manière d'écrire est particulière : sorte de QCM et d'explications ajoutées, le roman retourne cependant à l'écriture épistolaire traditionnelle, notamment Emmi qui a besoin de longues lettres pour expliquer ce qu'elle ressent. et il retombe dans un romantisme traditionnel, dans ce qui construit une histoire, pour preuve l'origine du titre "...Les six premières sont prévisibles et équilibrées...Mais attention à la septième vague ! Elle est prévisible ..."

Ce deuxième texte ne mène donc pas une réflexion sur la nouvelle technique de langage.

Comme une suite, il veut surtout donner une fin à l'histoire des deux héros.

 

 

                               Quoi qu'il en soit, , ces 2 romans sont trés plaisants et agréables à lire !!


 


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article