Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Nous étions des êtres vivants Nathalie Kuperman

Un titre attirant, et grandiloquent pour évoquer le thème du travail et surtout du licenciement .

 

Le thème trés actuel m'a attiré :   la vente d'une entreprise, le changement de direction, les relations entre collègues avant un plan de licenciement.

 

Un véritable chant d'époque nous décrit la 4ème de couverture :

" Ils étaient des êtres vivants, ils se retrouvent soudain au bord du néant social. Nathalie Kuperman fait entendre, non sans humour ni colère, leurs voix intérieures, ponctuées en basse continue par le choeur des salariés : UN CHANT D'EPOQUE. "

 

  Ce qui est aussi intéressant, c'est que le roman nous fait entrer dans la tête de plusieurs personnages, touchés par cette crise et qui vont se retrouver confrontés à la peur, l'angoisse d'être licenciés, de n'être plus rien, de quitter ce monde finalement rassurant qu'est l'entreprise.

 

Dés l'annonce du changement de direction, les rumeurs s'engouffrent dans l'entreprise et au début la solidarité, l'instinct grégaire des salariés parce qu'on est plus fort ensemble tente de lutter, de faire front.

 

 

nouvel extrait
"On se tend encore la main, on s'aide, on ne se laissera jamais tomber. Les jeunes sont vieux soudain."


"Tout le monde pliera ! Ils le savent déja, leurs poings sont serrés, mais leurs yeux sont vides."


"Et pourtant, nous luttons, mais nous luttons assis."

 

 


"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On entre ainsi dans la logique ou non-logique d'ailleurs de plusieurs personnages, leurs raisonnements se déroulent sous nos yeux. On suit leur volte-face, leur "pétage de plomb".

Car des personnages particuliers, on en a quelquuns :

cette femme qui n'a pour autre vie que la collection de poupées qu'elle aime comparer, juger ....métaphore du monde de l'entreprise

cette autre femme qui décide de passer une dernière nuit dans l'entreprise qu'ils doivent quitter et qui fouille dans les cartons de ses collègues 

Le patron lui même est une construction monstrueuse de sa fonction de "licencieur" : physiquement et moralement affreux.

 

Chaque personnage évolue donc selon son propre schéma, mais le roman montre bien que

 

                                        dans l'entreprise,   le collectif façonne l'individuel.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article