Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Au revoir là-haut Pierre Lemaître

        Voilà un prix Goncourt bien mérité !         

                                                                      Couverture : Au revoir là-haut

 

 

J'ai dévoré et adoré ce livre pour plusieurs raisons :

 

- les personnages

d'abord notamment  Edouard Péricourt, re-nommé Eugène Larivière  qui , loufoque , est imprévisible, ainsi que les sentiments qui émanent de lui  : la colère, la rage...

J'ai un peu moins apprécié  Albert , l'anti-héros par excellence qui ne décide de rien , subit les évènements et les autres, mais qui du coup nous est sympathique de par son dévouement pour son ami. Il tente de survivre et de sauver son camarade au travers de cette société d'aprés guerre.

J'ai haï enfin le capitaine Pradelle, cette ambition sur pattes , totalement intéressé et déshumanisé.

 

- le thème : l'aprés-guerre parce que finalement on en parle trés peu. Ce livre m'a permis de voir ce qui s'est passé aprés la guerre, de voir comment étaient traités les survivants, de m'indigner de cette distinction entre les héros tués au combat et les survivants, les gueules cassées , de concevoir la création de cimetières militaires et toute leur mise en place.

 

-l'humour : le style même de la narration est pleine de fraîcheur. Quant à la situation : vendre des monuments commémoratifs , elle implique tout un tas de petites allusions ironiques et irrévérencieuses.

 

- l'écriture : fluide, entraînante. Les premières scènes nous happent : l'assaut , et l'enterrement, la résurrection de Albert  sont inoubliables., suffocantes. Les descriptions sont aussi trés convaincantes  : on est face à l'horreur du visage d'Edouard et à l'horreur des charniers.                         .

 

Bref appréhender la guerre de cette façon décalée et ironique,

dénoncer des aspects sur lesquels on ne s'interroge pas forcèment,

créer un monde où l'individu reprend sa place au lieu de personnages stéréotypés

m'a beaucoup plu.

Le seul bémol serait de passer d'un univers historique, puisque vraisemblablement trés documenté  à ,vers la fin,  un univers totalement fantasque, et irréaliste.

La fin d'Edouard, le héros finalement puisque tous les personnages tournent autour de lui, nécessite en effet une intervention fantasque du hasard, donnant au roman une dimension plus psychanalytique : la relation père/ fils, vers laquelle le milieu du roman tendait.

 

Reste un ouvrage volumineux, mélant Histoire et histoire d'une famille,  qu'on a du mal à quitter .

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article