Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Le sanctuaire Laurine Roux Folio

Lecteurs.com

Lecteurs.com

Une famille a trouvé refuge en pleine montagne, où elle tue les oiseaux et les brûle au lance-flammes : ils seraient à l'origine d'un mal ayant conduit l'humanité à son extinction. Tandis que la mère pleure et chante son existence passée, le père seul s'aventure aux confins de leur « sanctuaire », d'où il rapporte tout ce qu'il trouve pour assurer la survie des siens. Mais le monde est-il vraiment devenu ce qu'il en dit ? Est-il jonché de cadavres qui pourrissent le long des chemins ? Comment être certain des motifs qui le conduisent à cloîtrer sa famille, à dispenser à ses filles un entraînement quasi militaire et à se montrer chaque jour plus imprévisible et brutal ?
Gemma, la plus jeune des deux filles, va peu à peu transgresser les limites du « sanctuaire » - et avec elles, la loi de ce père qu'elle admire plus que tout. Ce sera pour tomber entre d'autres griffes: celles d'un vieil homme sauvage, menaçant et lubrique qui vit entouré de rapaces. Parmi eux, un aigle qui va fasciner l'enfant...
Écrit en 2019, bien avant qu'une pandémie de coronavirus conduise au confinement de la moitié de l'humanité, Le Sanctuaire déploie et sublime ce qui faisait déjà la puissance d'Une immense sensation de calme : une ode à la souveraineté de la nature et une compassion pour nous autres, humains, qui devons sans cesse lutter pour notre survie.

À mi-chemin entre David Vann et Antoine Volodine, le deuxième roman de Laurine Roux confirme la singularité et l'universalité de sa voix.

          Mon avis : 

    J'ai apprécié cette lecture entre récit d'apprentissage et récit d'aventure. Les personnages : Gemma, sa soeur, June et leurs parents sont des survivalistes, survivants d'une épidémie apparemment mondiale dont on ne sait rien de plus. Les parents ont réussi à transformer une cabane de chantier en une habitation où tous vivent dans un cocon chaleureux, la mère ressassant les souvenirs du monde d'avant et essayant de garder les habitudes et coutumes du monde d'avant. Les filles sont entrainées par leur père et deviennent de vraies chasseuses. Le père dirige ce petit monde. La peur de l'ailleurs s'intensifie notamment chez lui ainsi que la peur des autres et des oiseaux, contaminateurs. C'est sans compter la jeunesse des filles, leur curiosité, leur envie de vivre. 

   C'est un joli roman qui fait la part belle à la nature. Les descriptions bucoliques émerveillent et sont un des moteurs des jeunes filles qui oeuvrent au coeur de celle-ci. Puis le roman va virer rapidement au huis clos familial de plus en plus angoissant. 

 Ce récit post apocalyptique met en avant la complexité de l'humain : d'abord avec la folie avec le personnage du père obnubilé par la peur, qui de protecteur devient tyrannique au sein de sa propre famille, et aussi le personnage du vieux, aigri, désespéré, redevenu animal; mais aussi la relation des individus avec les autres, notamment avec les jeunes filles, qui ont un besoin viscéral de rencontrer l'autre, de communiquer, de vivre en communautés. Leur futur en ermites est compromis, seule la rencontre de l'autre leur permettra d'espérer un futur, pour autant il ne sera pas forcément heureux. Tel un conte, il ouvre les yeux des enfants. 

   Au final ce roman est surprenant et les émotions sont intenses. Une belle lecture ! 

Merci Lecteurs.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article