Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

1000 ans de joies et de peines Ai Weiwei Buchet Chastel

Masse critique Babelio
Masse critique Babelio Masse critique Babelio
Masse critique Babelio

Masse critique Babelio

   Grâce à Babelio et sa masse critique et les éditions Buchet-Chastel, j'ai pu recevoir ce bel ouvrage, bien illustré de la biographie de AI Weiwei, artiste chinois que je ne connaissais pas. 

Un ouvrage intéressant, accompagné d'illustrations : photos d'époque, photos de presse, illustrations et une biographie engagée à l'image de l'artiste. 

                                                                Résumé de Babelio 

 Pendant son incarcération en 2011, repensant au fossé d'incompréhension qui s'était creusé entre son père et lui, Ai Weiwei décide d'écrire ses mémoires pour que son enfant n'ait pas les mêmes regrets. Ai Weiwei est le fils du grand poète chinois Ai Qing, ami de Mao Tsé-Toung. Violemment critiqué lors de la Révolution culturelle, ce dernier est envoyé avec sa famille en camp de travail. Avec une absolue franchise et beaucoup d'esprit, dans ses mémoires intimes illustrés de cinquante dessins inédits, Ai Weiwei revient pour la première fois sur son enfance, sa jeunesse dans les camps pendant 17 ans, son éveil à l'art, sa formation à New York, son cheminement personnel, son amitié avec Allen Ginsberg ainsi que l'influence de Duchamp et de Warhol sur son travail.
Il raconte sa prise de conscience de la puissance révolutionnaire de l'art, la façon dont la vie dans un régime totalitaire a façonné son oeuvre, ses provocations qui lui vaudront d'être incarcéré de nombreuses fois, son exil, et la permanence de son combat contre le système chinois. A travers une plongée passionnante dans la Chine de Mao Tsé-Toung à aujourd'hui, voici le récit d'un destin hors norme, de l'anonymat au statut d'artiste superstar et figure de l'engagement contre la répression.

              Présenté comme une biographie de l'artiste, plasticien et multi-art, Ai Weiwei, l'ouvrage se découpe en 2 parties majeures :

prenant son origine dans l'histoire familiale, Ai Weiwei nous raconte l'histoire de son père, Ai Qing, artiste chinois reconnu, écrivain et poète qui voulant défendre la liberté de l'art, s'est heurté à la politique dictatoriale de son époque. Il raconte la vie heurtée de son père et de sa famille, exilé de lieux en lieux, de plus en plus reculé, persécuté pour être catalogué de droitiste et d'opposant à Mao-Tsé-Toung. C'est la période pré et pleine "Révolution culturelle" présentée dans les faits par ses victimes. Une période obscure et inerte. 

La deuxième partie commence dès que le jeune Ai Weiwei se retourne sur ses propres réflexions sur l'art et sur ces débuts. Ai Weiwei prend son envol aux Etats-Unis où il réussi à aller étudier. La distance, les Etats-Unis et leurs valeurs lui permettent enfin de s'exprimer. 

Ai Weiwei défend alors très tôt les idéaux que son père a tenté de défendre : la liberté des artistes et ancre son art dans cette volonté de provoquer. 

 

 

                                           Bilan amplement positif  :

Un ouvrage intéressant, accompagné d'illustrations : photos d'époque, photos de presse, illustrations et une biographie engagée à l'image de l'artiste. 

Pour l'artiste dissident chinois "l'art, si il est bon, est toujours subversif. Il questionne toujours les jugements et doit donner une nouvelle façon de regarder le monde. C'est pour cela que l'art est beau. La beauté est dangereuse." Océane Goanec/ chronique Culture 64Minutes.

«J’ai dû apprendre ce talent qu’est la survie»

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article