Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

La fille qu'on appelle Tanguy Viel Audiolib

#LaFillequonappelle #NetGalleyFrance

#LaFillequonappelle #NetGalleyFrance

                        Résumé                #LaFillequonappelle #NetGalleyFrance

Quand il n'est pas sur un ring à boxer, Max Le Corre est chauffeur pour le maire de la ville. Il est surtout le père de Laura qui, du haut de ses vingt ans, a décidé de revenir vivre avec lui. Alors Max se dit que ce serait une bonne idée si le maire pouvait l'aider à trouver un logement.

Dans ce court roman noir, au suspense maîtrisé, Tanguy Viel révèle les fractures sociales de notre temps, et dessine les rapports de force entre générations, hommes et femmes, diplômés et non diplômés…

Avec justesse, la comédienne Marie du Bled entrelace la voix de Laura à celle des autres protagonistes, faisant résonner le poids des mots et des non-dits familiaux.

   Pour avoir déjà lu un roman de T.Veil, Article 353 du code pénal, le procédé ne m'a pas surprise. Ce roman prend la forme d'un procès. 

Laura, la "fille qu'on appelle"  dépose une plainte contre le maire Le Bars qu'elle accuse d'abus de confiance. C'est par le biais de cette plainte que le lecteur découvre l'histoire.

Presque un huis clos puisque peu de personnage sont impliqués dans le récit : Laura, Jeune fille de 20 ans; le maire Quentin Le Bars qui deviendra ministre;  le conseiller municipal et ami de ce dernier, Franck et le père de Laura, Max ancienne gloire de la boxe, actuellement au service du maire en tant que chauffeur. Les 3 hommes sont liés par le passé et sont liés par les attaches nébuleuses du pouvoir.

L'action se passe aussi dans un seul lieu, le casino où Laura bénéficiant de l'aura de son père va chercher refuge, avec un travail et un logement. L'ensemble se révélera glauque : travail et logement contre bons services. C'est quasiment une histoire moderne, digne du mouvement #Metoo : Laura raconte l'emprise de cet homme sur elle, tente d'expliquer comment elle a été entrainée contre son gré dans ces pratiques, dans cette relation donnant-donnant, sexe contre services logement... Le roman audio d'Audiolib lu par une femme Marie du Bled renforce le tragique en permettant d'entendre la voix de Laura, d'écouter ses atermoiements, ses arguments, de saisir sa détresse. Laura qui sous la plume de Tanguy Vieil creuse, décortique les sentiments, dissèque l'âme des hommes, met au grand jour le fonctionnement de ces prédateurs, ces hommes de pouvoir, dénonce la fracture entre le pouvoir et les autres. Le récit est glaçant, la dénonciation d'un monde politique violent aux allures de mafia, et terrifiant d'impuissance, la loi du plus fort socialement s'impose avec force. J'ai éprouvé de la compassion pour Laura mais aussi pour son père qui subit, souffre en silence et qui réagit viscéralement. C'est un récit qui prend aux tripes. Tanguy Vieil sait utiliser les mots qui montrent la vérité crue.  

                                            "La fille qu'on appelle", presque un fait divers d'actualité,

                                              3 heures d'écoute intense et dramatique. 

                                                          #LaFillequonappelle #NetGalleyFrance 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article