Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Les méduses n'ont pas d'oreilles Adèle Rosenfeld Grasset

#Lesmédusesnontpasdoreilles #NetGalleyFrance !

#Lesmédusesnontpasdoreilles #NetGalleyFrance !

                                                                                 Résumé                     NetGalley   
  Quelques sons parviennent encore à l’oreille droite de Louise, mais plus rien à gauche. Celle qui s’est construite depuis son enfance sur un entre-deux – ni totalement entendante, ni totalement sourde – voit son audition baisser drastiquement lors de son dernier examen chez l’ORL. Face à cette perte inéluctable, son médecin lui propose un implant cochléaire. Un implant cornélien, car l’intervention est irréversible et lourde de conséquences pour l’ouïe de la jeune femme. Elle perdrait sa faible audition naturelle au profit d’une audition synthétique, et avec elle son rapport au monde si singulier, plein d’images et d’ombres poétiques.
  Jusqu’à présent, Louise a toujours eu besoin des lèvres des autres pour entendre. C’est grâce à la lumière qu’elle peut comprendre les mots qu’elle enfile ensuite, tels des perles de son, pour reconstituer les conversations. Mais parfois le fil lâche et surgissent alors des malentendus, des visions loufoques qui s’infiltrent dans son esprit et s’incarnent en de fabuleux personnages  : un soldat de la Première Guerre mondiale, un chien nommé Cirrus ou encore une botaniste fantasque qui l’accompagnent pendant ces longs mois de réflexion, de doute, au cours desquels elle tente de préserver son univers grâce à un herbier sonore. Un univers onirique qui se heurte constamment aux grands changements de la vie de Louise  – les émois d’un début de relation amoureuse, un premier emploi à la mairie, une amitié qui se délite. Le temps presse et la jeune femme doit annoncer sa décision…
  Dans ce texte plein d’humour et de douceur, Adèle Rosenfeld tient en joue la peur du silence en explorant les failles du langage ainsi que la puissance de l’imaginaire. Les méduses n’ont pas d’oreilles est une plongée dans le monde des sourds et des malentendants, un premier roman éblouissant.
                                                                                                #Lesmédusesnontpasdoreilles #NetGalleyFrance !     

   Le résumé de la 4ème de couverture est complet et performant, inutile ici d'en rajouter plus.

Il présente parfaitement l'enjeu du roman : Louise se retrouve devant un dilemme qui va rediriger sa vie, soit elle tombe définitivement dans le monde des sourds, soit elle reste dans le monde des entendants, (le monde "des bouches qui parlent")  sous une nouvelle formule, les entendants implantés. 

Vivant depuis l'enfance entre les deux, " passée de sourde moyenne à sourde sévère" elle tente de saisir ce que cette perte d'audition totale va transformer dans sa vie. Elle réfléchit à ces deux mondes différents, à ce qui crée cette différence, elle va tenter de saisir ces langages, ces façons de communiquer.

                               "Etrangère je l'étais. Déracinée du langage."

Elle relate avec humour les conversations qu'elle tente de saisir avec ce qui lui reste d'audition, avec désespoir ses efforts pour suivre la conversation sur les lèvres, la peur de la lumière qui décline et qui cache le langage. 

 La pression, la souffrance qu'elle ressent nous sont transmises par l'écriture, par les nombreuses images, par les récits fantasmagoriques qui tendent vers une lourdeur, une opacité. L'inquiétude suinte de ce texte. L'entrée "dans ce monde de silence " semble obscur, une impression d'enfermement se terre dans ses moments de doute. D'autant que le monde des entendants et surtout le monde professionnel n'accueille pas cette perception du monde visuelle, olfactive et non plus auditive. Et pourtant l'auteure nous raconte ce drame puisque c'en est un personnel, une épreuve avec humour.  

Louise nous fait vivre cette période de doute, de décision,

" avec cette étrange sentiment de ne plus savoir déchiffrer le réel" 

 pendant laquelle elle va s'enfermer dans un monde imaginaire, qui finalement n'est que le reflet inconscient de ses peurs. 

Une immersion aussi passionnante qu'inquiétante dans une épreuve physique : la transformation de son corps et existentielle : la transformation de sa perception du monde et de soi. 

J'ai apprécié cette plongée dans l'inconnu d'un nouveau mode de vie, la peur du changement  décrit avec fantaisie, avec humanité; j'ai trouvé ce récit très émouvant.  

Qu'importe la surdité de l'oreille, quand l'esprit entend ? La seule surdité, la vraie surdité, la surdité incurable, c'est celle de l'intelligence. Victor Hugo

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article