Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Berlin Requiem Xavier-Marie Bonnot Plon

#BerlinRequiem #NetGalleyFrance !

#BerlinRequiem #NetGalleyFrance !

Résumé

                                                                                       #BerlinRequiem #NetGalleyFrance !                                                                  Rentrée littéraire Plon 2021.

« La musique a des accords que les mots ne peuvent dire, ni même comprendre », mais Xavier-Marie Bonnot parvient, avec ses mots, à décrire l’une des plus sombres périodes de l’Histoire sur fond de musique et d’art, contraints et fanés par le nazisme.
Berlin, 1932. Wilhelm Furtwängler est l’un des plus grands chefs d’orchestre allemands. Il dirige l’orchestre philarmonique de Berlin et éblouit son public par son génie virtuose. 1934. Hitler est chancelier et détient tous les pouvoirs, c’est le début des années noires. Le nazisme s’impose et dépossède les artistes de leur art. Les juifs sont exclus de l’orchestre et contraints de s’exiler. La culture devient politique. La musique devient un véritable instrument de propagande. Continuer d’exercer son art mais en se soumettant au régime du III Reich ou fuir l’Allemagne ? Pour Furtwängler, ce choix n’a pas de raison d’être. Mais l'art est-il véritablement au-dessus de la politique ? La passivité étant souvent interprétée comme un signe d’acceptation et de collaboration, cela pourrait bien lui porter préjudice… En parallèle, Rodolphe Bruckmann, fils d’une célèbre cantatrice ayant chanté dans les opéras les plus prisés de la capitale, contemple et vit les évènements avec son regard de jeune garçon. La guerre se profile au loin mais lui ne comprend pas. De ses yeux naïfs, il voit tous ces SS qui ont fière allure dans leurs uniformes. Il ne perçoit pas le mal. Lui, ce qu’il veut, c’est devenir le plus grand chef d’orchestre que l’Allemagne n’ait jamais connu. Il a ce don en lui. Les notes lui parlent, le transportent. La musique l’anime depuis toujours et ni la guerre, ni la déportation de sa mère, ni l’absence de père, ne parviendront à détruire ses ambitions. Il le sait, il sera le prochain Furtwängler. Le destin de ces deux âmes se croisent et se rejoignent harmonieusement, comme des notes de musique, pour former la plus belle des partitions. Le positionnement de Wilhelm Furtwängler pendant la seconde guerre mondiale est une zone obscure éclairée par la plume de Xavier-Marie Bonnot, qui, par son histoire, écrit l’Histoire.

   Une fiction historique passionnante sur l'impact de la musique en période de guerre :

Wilhem Fürtwrangler chef d'orchestre réputé, dirigeant du Philharmonique de Berlin traverse la 2nde guerre mondiale comme il le peut. 

Il prend la décision de ne pas se soumettre au Reich, de ne pas céder ni abandonner sa place et ses musiciens. Il pense lutter à égalité avec les dignitaires nazis qui veulent se servir de la musique comme d'une propagande. C'est surtout l'histoire de la musique de cette époque, la musique choisie par le IIIème Reich et ses compositeurs, et de celle considérée par le régime comme un art dégénéré et de ses compositeurs, musiciens ou chef d'orchestre que nous rappellent Xavier-Marie Bonnot. 

Confronté comme tous les Allemands à la montée du nazisme, Fürtwrangler s'interroge et interroge son art, celui de diriger un orchestre et notamment celui du Philharmonique de Berlin, et trace son destin sur le postulat que l'art est au-dessus de la politique. Au fur et à mesure de l'apogée du nazisme, il se retrouve piégé par les dignitaires du régime qui se jouent de lui, piégé aussi par sa passion de son art et son orgueil, d'être le célèbre chef d'orchestre. Il reste en place, il continue à perpétuer son orchestre, devenu spectateur des évènements et des exils de ses compagnons d'orchestres, de ses musiciens. 

L'après se complique : contraint comme tous de s'exiler, Fürtwrangler va devoir après guerre rendre des comptes; les vainqueurs vont lui demander d'expliquer ses compromissions avec le régime. C'est ainsi le portrait complexe d'un homme passionné.  

C'est aussi une biographie romancée puisque le lecteur va suivre d'autres destinées fictives celles là : 

Dans le même temps, contrairement à lui, d'autres fuient, c'est le cas de la cantatrice Christa Meister qui fuit avec son fils Rodolphe, enfant né dans la musique, passionné qui ne comprend rien à cette époque. La cantatrice, maman dont les faits sont inexplicables pour son fils, subit elle aussi la période et se trouve déportée à Birkenau. Le régime est aussi raconté par ces voix là.  Au sortir de la guerre, Christa détruite ne réintègre pas ce monde, à tel point qu'on la croit morte.

Rodolphe, lui sera le dernier à rencontrer le chef d'orchestre à la fin de son parcours. Toujours passionné de musique, Fürtwrangler se sera réfugié dans la composition.

 

C'est un roman fort sur l'art et la politique, l'art pendant un régime destructeur.

Outre de permettre de découvrir cet illustre musicien, chef d'orchestre et enfin compositeur, ce roman nous emporte dans les affres du nazisme, des exils .

 C'est prenant et bouleversant.  

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article