Crénom, Baudelaire !                                           Jean Teulé                                  Mialet   Barrault

                                                                                                                    Résumé  Babelio  

Si l'oeuvre éblouit, l'homme était détestable. Charles Baudelaire ne respectait rien, ne supportait aucune obligation envers qui que ce soit, déversait sur tous ceux qui l'approchaient les pires insanités. Drogué jusqu'à la moelle, dandy halluciné, il n'eut jamais d'autre ambition que de saisir cette beauté qui lui ravageait la tête et de la transmettre grâce à la poésie. Dans ses vers qu'il travaillait sans relâche, il a voulu réunir dans une même musique l'ignoble et le sublime. Il a écrit cent poèmes qu'il a jetés à la face de l'humanité. Cent fleurs du mal qui ont changé le destin de la poésie française.
 

                                                     Un délice interdit !

Jean Teulé comme souvent raconte le parcours d'un homme illustre  : ici il entreprend le parcours alambiqué de ce poète maudit Charles Baudelaire. 

Et c'est truculent à l'image du personnage original , de ce poète haut-en-couleurs ; truculent dans les mots , dans les événements. 

Rien ne prédestinait Charles Baudelaire à vivre dans la décadence, la misère,  dans une telle déchéance et pourtant c'est dans ces conditions qu'il a vécu. Le roman décrit sa vie, ses conditions dans des milieux différents. Il cite aussi ses poèmes et quel plaisir de les lire en situation, dans le contexte possible. 

On visualise sa muse Jeanne Duval et leurs amours compliquées, ses relations amicales. On a sous les yeux la foule artistique de cette époque : on croise des peintres, des musiciens..., les maisons de passe. 

C'est une biographie truculente. J'ai adoré ! 

 

 

Retour à l'accueil