Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Les disparus de la Purple Line Deepa Anappara Les presses de la Cité

#LesDisparusdelaPurpleLine #NetGalleyFrance

#LesDisparusdelaPurpleLine #NetGalleyFrance

« En Inde, 180 enfants enfants disparaissent tous les jours. J’ai écrit ce roman pour faire mentir l’idée selon laquelle ils sont réductibles à des statistiques. Je l’ai écrit pour nous rappeler que derrière les chiffres, il y a des visages. » Deepa Anappara

          Inde, un basti (bidonville ) où vivent 3 enfants : Jai, le héros,  Pari, son amie, Faiz, son copain musulman. Jai, 9 ans nous entraine dans sa vie entre école et basti, et dans ses aventures dans le Bhoot Bazar, dévoilant ainsi les rumeurs de son entourage et ses croyances. Le lecteur est donc immergé dans la société indienne et hindoue celle des petits travailleurs, celle des pauvres, des Intouchables.

Lorsque un jeune garçon de leur école et leur basti, Bahadur disparait, Jai se rêve inspecteur à l'image de ses héros télévisuels. Il va entraîner dans son enquête ses amis, découvrant ainsi les endroits autour de leur basti : le Bazar, les routes, la décharge, et surtout la Purple Line... L'enquête leur ouvre les yeux sur les dangers qui entourent les enfants, sur le destin de certains ...

Entre réalité des faits de société et imagination ,Jai dévoile son monde, qu'il appréhende avec les légendes qui constituent les peurs des enfants et les croyances des adultes, ainsi que les faits réels. 

  J'ai aimé la légèreté du début du roman avec cette parodie d'enquête menée par ce petit gamin dynamique, naïf qui pose un regard sur le monde qui l'entoure, réalisant au fur et à mesure qu'il est loin d'être ce héros tant admiré. Le récit s'alourdit avec d'autres disparitions et de plus en plus proches de Jai. Le drame s'invite vraiment avec son lot de conséquences individuelles et collectives : la détresse et l'impuissance des parents, l'absence, la peur, le manque de considération des autorités et de la police (avec leur pratiques contestables) ,et le doute qui s'impose, la méfiance entre communautés. Les tensions communautaires et religieuses s'intensifient .  Jai par son regard sur son entourage , par le récit sur ses découvertes et ses croyances offre une description de la société indienne. 

C'est un vrai roman d'aventures que nous propose Les disparus de la Purple Line et une immersion dans la société des exclus, et le roman surtout lève un voile sur des faits dramatiques et horribles : l'enlèvement d'enfants aux profits de mafias. 

 

                                                      Résumé   #LesDisparusdelaPurpleLine #NetGalleyFrance

À 9 ans, Jai regarde un peu trop de séries policières et se croit beaucoup plus futé que ses amis Pari et Faiz. Tous les trois vivent avec leurs familles dans une mégalopole indienne noyée dans le smog, entre la décharge et les allées grouillantes du Bhoot Bazar.

Quand un de leurs camarades de classe manque à l’appel et que les autorités ferment les yeux, Jai décide d’employer ses talents de détective, acquis au fil des épisodes de Police Patrol, pour mener l’enquête. Le trio s’aventure ainsi sur la Purple Line, la ligne de métro locale, et dans les coins les plus dangereux de la ville. Mais ce qui n’était au début qu’un jeu tourne vite au drame lorsque les disparitions s’enchaînent, jusqu’à toucher Jai en plein coeur.

Pour découvrir la vérité, les enquêteurs en herbe devront affronter des parents impuissants et dévastés, des forces de l’ordre corrompues et les djinns qui hantent les rues sombres en quête d’âmes à voler…

 

 

« En exprimant des réalités sociales et politiques complexes par la voix de Jai, Deepa Anappara crée le parfait narrateur pour nous guider dans le ventre sombre de l’Inde moderne. »

The Guardian

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article