Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Un jour viendra couleur d'orange Grégoire Delacourt Grasset

       Résumé  :   #Unjourviendracouleurdorange #NetGalleyFrance

Tandis que le pays s’embrase de colères, Geoffroy, treize ans, vit dans un monde imaginaire qu’il ordonne par chiffres et par couleurs. Sa pureté d’enfant «  différent  » bouscule les siens  : son père, Pierre, incapable de communiquer avec lui et rattrapé par sa propre violence  ; sa mère, Louise, qui le protège tout en cherchant éperdument la douceur. Et la jeune Djamila, en butte à la convoitise des hommes, fascinée par sa candeur de petit prince.
Fureurs, rêves et désirs s’entrechoquent dans une France révoltée. Et s’il suffisait d’un innocent pour que renaisse l’espoir  ? Alors, peut-être, comme l’écrit Aragon, «  un jour viendra couleur d’orange (…) Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront ».
Lumineuse, vibrante, une grande histoire d’humanité.

Un orange joyeux. Geoffroy aurait cité le peintre Kandinsky qui disait de cette couleur qu'elle provoquait des sentiments de force, d'énergie, d'ambition, de détermination et de triomphe.

Une véritable fresque que le dernier roman de Grégoire Delacourt, comme il sait si bien les écrire. Un plaidoyer pour la différence.

Grégoire Delacourt offre une fresque de la société française en cette dernière année 2019-2020 avec sa misère, ses colères et la crise des gilets jaunes, avec ses violences jusque dans les cours d'école... Il décrit l'amertume de ces hommes et femmes qui tentent de survivre dans notre société : Pierre, le père de Geoffroy est l'image de ce désespoir et de cette colère engendrés par notre époque et notre gouvernement. 

"Ainsi les corps des laissés-pour-compte, des petits, des sans-dents, des fainéants et de "ceux qui ne sont rien" brillaient."

"Une guerre, c'est choisir un camp,c'est se lever , et peu d'hommes ont les jambes solides."

  Mais aussi un récit tout en poésie à l'image du titre ( référence à Aragon) et surtout  des couleurs pour chaque chapitre :

Un monde vu par le prisme des couleurs par un jeune garçon atypique, Geoffroy , pour ne pas dire autiste. Ce garçon est l'image de la différence mal perçue par les autres, mal acceptée sauf par une autre jeune fille Djamila, jeune beauté en devenir, différente aussi dans son milieu parce que femme...Tous deux se trouvent et le roman se fait conte. La mère de Geoffroy Louise et un vieil homme Hagop Haytayan vont tenter de transformer cette triste réalité en avenir lumineux. Ces deux personnages suivent la voix de la sagesse en prenant conscience que la vision de l'enfance est paradisiaque et que les adultes gagneraient à ne pas l'oublier, à la retrouver pour vivre bien. 

  Des couleurs tels des émotions et des sentiments pour les autres personnages et pour le lecteur : un arc en ciel d'émotions variant de la peur, le dégoût, la honte, la haine, le mépris à l'amitié, la compassion, l'aide et surtout l'amour ….tout un éventail d'émotions, une explosion de sentiments .

"la vraie rime d'amour, c'est chaque jour"

Un superbe roman complet  où rien ne manque : action, personnage attachant, émotions variées ,poésie … 

 

Savoir qu'on n'est jamais seul à souffrir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article