Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

Rhapsodie des oubliés Sofia Aouine Editions de la Martinière

Résumé

« Ma rue raconte l'histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s'appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans ».

Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d'Or, Paris XVIIIe. C'est l'âge des possibles : la sève coule, le coeur est plein de ronces, l'amour et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin, Abad devra briser les règles. A la manière d'un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.

 

Rhapsodie des oubliés raconte sans concession le quotidien d'un quartier et l'odyssée de ses habitants. Derrière les clichés, le crack, les putes, la violence, le désir de vie, l'amour et l'enfance ne sont jamais loin.

Rhapsodie des oubliés                   Sofia  Aouine         Editions de la Martinière

    Une écriture particulière, celle d'un enfant en souffrance, celle de Abab, du Liban qui tente de vivre ou survivre à Paris, dans le quartier de la Goutte d'Or. C'est la découverte de la vie dans le quartier, de la misère, des premiers émois, et des bêtises. C'est surtout la vie toute tracée de ces enfants au milieu des styles de vie, c'est la rencontre avec des personnes qui telles des îles l'aident à passer cette enfance, notamment de la dame "de dedans", la psychologue déchirée aussi par son enfance, qui l'aide à mettre en mots.

C'est émouvant. Mais l'écriture, celle du langage du narrateur , à l'identique de grands romans américains, m'a déboussolée, heurtée, fatiguée… En demi -teinte donc .

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article