Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

La petite sonneuse de cloches Jérôme Attal Robert Laffont

C'était comme pour le thé. Il y avait quelque chose qui relevait de l'infusion. On ne prémédite pas de tomber dingue d'une personne. On n'a pas envie de se rendre malade. Au début, une image, une parole prononcée, un regard, nous reviennent par éclats. Et puis soudain, on s'aperçoit qu'on ne pense plus qu'à elle, qu'un sentiment qui nous dépasse a infusé de manière aussi sombre et inévitable que le fond d'une théière attaquée par le tanin et qui en révèle dorénavant la singulière beauté.

C'était comme pour le thé. Il y avait quelque chose qui relevait de l'infusion. On ne prémédite pas de tomber dingue d'une personne. On n'a pas envie de se rendre malade. Au début, une image, une parole prononcée, un regard, nous reviennent par éclats. Et puis soudain, on s'aperçoit qu'on ne pense plus qu'à elle, qu'un sentiment qui nous dépasse a infusé de manière aussi sombre et inévitable que le fond d'une théière attaquée par le tanin et qui en révèle dorénavant la singulière beauté.

 

                                          #LaPetiteSonneuseDeCloches #NetGalleyFrance

Résumé

 heartheart

 Quelle écriture dès le début !  Elle nous entraîne dans les rues de Londres à la suite de François-René de Chateaubriand, qui jeune exilé de France, souffre de misère et cherche à trouver des mécènes pour écrire. 

D'un autre côté on va suivre Joachim J. Stockholm, aujourd'hui à la recherche de Chateaubriand, lancé dans une enquête littéraire. En effet pour honorer la mémoire de son père, un éminent écrivain récemment décédé, il suit une question, une hypothèse laissée en suspens dans l'un des carnets de ce dernier : la petite sonneuse de cloches de l'abbaye de Westminster et le baiser qui aurait poursuivi toute sa vie Chateaubriand.

"Ce point d'interrogation scintillait comme une fléchette envoyée sur une cible en sisal accrochée dans un pub et qui n'atteint jamais son but, qui disparaît après son lancement, fusée perdue sur les radars de cap Canaveral. "

J'ai adoré cette enquête bien mystérieuse et littéraire au cœur de Londres et du XIXème siècle. On y croise une foultitude de personnages haut- en- couleurs tant au XIXème siècle qu'aujourd'hui.

Surtout Jérôme Attal décrit l'amour, l'amour romantique : de cette passion qui dévore, de cette nostalgie du premier baiser, des doutes… par le biais du duo Chateaubriand-la fille du sonneur de cloches, Violet.

"Toute ma vie, il me semblait avoir recherché des êtres qui me feraient vivre des "instants maison". Ce que j'appelle des "instants maison" sont des instants où l'on se sent soi-même, à une distance la plus infime possible entre ce qu'on est et l'image qu'on se fait de sa présence sur terre, sans vouloir toujours chercher ailleurs, comme une âme errante, une personne de plus, prompte à nous réinventer. "

Il décrit aussi le coup de foudre et l'amour aujourd'hui, en racontant la rencontre du duo Joachim-Mirabel, la petite voleuse des archives que recherche Joachim.

Finalement cette quête aboutit à de jolies histoires d'amour.

"Après tout, pensais-je,qui peut dire la place que prend telle ou telle personne sur l'instant? Puis dans le souvenir? Qui est suffisamment lucide, ou orgueilleux, pour connaître précisément le sillon qu'il creuse, l'importance qu'il laisse, dans le coeur de l'autre ? "

J'ai été sous le charme de l'écriture sensible et pétillante de Jérôme Attal qui par des trouvailles "aimable et usant. Aimusant " nombreuses m'a souvent fait sourire, par des descriptions finement ciselées, par des situations loufoques m'a promenée dans les rues du vieux Londres.

Un bien joli roman original.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article