Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue dans mon univers : celui de la lecture. Pas un jour sans livre, que cette lecture soit plaisir ou outil de travail. Partager ce plaisir, aider à l'accès à la lecture est le but de ce blog. Passer un livre, passer des idées, passer l'envie de lire .... " J'aime à croire qu'on lit pour ne plus se sentir aussi seul, pour prendre conscience que quelqu'un est déjà passé par là et a eu les mêmes pensées , les mêmes réactions , quelqu'un qui a affronté les mêmes dilemmes, doutes et regrets que vous. " La symphonie des hasards , Livre 2 Douglas Kennedy

murène Valentine Goby Actes Sud

murène                    Valentine Goby               Actes Sudmurène                    Valentine Goby               Actes Sud

Je continue ma découverte des livres de la rentrée avec murène de Valentine Goby :

- murène , le poisson ? quel titre bizarre qui m'interroge. Le roman me donnera la réponse. 

- Quant à l'auteure , je ne la connaissais pas.  Voilà une petite bio :

Valentine Goby est une écrivaine française née à Grasse en 1974.

Après des études à Sciences Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et à Manille. Elle commence à publier après son retour à Paris.

Valentine Goby est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes, le Prix du premier roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003.

 

Quatrième de couverture 

Hiver 1956. Dans les Ardennes, François, un jeune homme de vingt-deux ans, s’'enfonce dans la neige, marche vers les bois à la recherche d’'un village. Croisant une voie ferrée qui semble désaffectée, il grimpe sur un wagon oublié… Quelques heures plus tard une enfant découvre François à demi mort, –corps en étoile dans la poudreuse, en partie calciné.
Quel sera le destin de ce blessé dont les médecins pensent qu'’il ne survivra pas ? À quelle épreuve son corps sera-t-il soumis ? Qu'’adviendra-t-il de ses souvenirs, de son chemin de vie alors que ses moindres gestes sont à réinventer, qu'’il faut passer du refus de soi au désir de poursuivre ?

Murène s'’inscrit dans cette part d’'humanité où naît la résilience, ce champ des possibilités humaines qui devient, malgré les contraintes de l’'époque – les limites de la chirurgie, le peu de ressources dans l'’appareillage des grands blessés –, une promesse d’'échappées. Car bien au-delà d’'une histoire de malchance, ce roman est celui d'’une métamorphose qui nous entraîne, solaire, vers l’'émergence du handisport et jusqu’'aux Jeux paralympiques de Tokyo en 1964.

 

Avis des 100 pages

  Comment ne pas entrer dans ce récit poussé par la curiosité de cette ambiance mystérieuse et tendue ? Le début du récit flotte dans une sensation pesante : les verbes sont au futur mais à la négative. On sent poindre un drame autour de ce jeune homme François de 22 ans, toujours en mouvement.

Puis le drame arrive : un accident effroyable, que le jeune homme a oublié, distillé en petits bouts par les témoins et participants de cet accident, un accident aux conséquences irréversibles et horribles.

  La curiosité et la pitié m’ont  poussé à lire pour savoir,( comme un badaud )ce qui était arrivé à ce jeune François qui va oublier des parties de sa vie. J’ai suivi, anxieuse, aux côtés de sa mère et de sa sœur Sylvia, l’après accident, le récit de la survie après « le jour de Bayle » comme l’appelle la famille.

           100 pages de lecture, pour 52 jours de survie, j’ai suivi avec inquiétude et soulagement  les progrès physiques de ce jeune homme dépossédé de sa vie, dépossédé de son corps qui ne lui obéit plus.

Et comme François lui-même, la victime, je me suis demandé si dans ces conditions, il ne valait pas mieux mourir ? C’est une lecture poignante, oppressante.

 Au vu du restant de pages, je sens que François sera fort et je veux l’accompagner dans sa renaissance.

                             Avis final mi août…. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article